Ramadan et chirurgie bariatrique

Ramadan et chirurgie bariatrique

A l’approche de la période du Ramadan, de nombreuses personnes se posent la question de réaliser ce jeune après avoir été opéré d’une chirurgie bariatrique. Les éléments de réponse qui vont suivre sont également valable pour tout autre culte ayant une période de jeune.

Impacts physiques de la chirurgie bariatrique

Que ce soit l’anneau gastrique, la sleeve, ou le by-pass (Y ou Oméga), la conséquence commune est une réduction du volume de l’estomac. De ce fait, faire un repas comprenant “entrée/plat/dessert” devient impossible. Si la personne continue à le faire, elle s’expose alors à un échec de chirurgie de part l’élargissement de la poche gastrique.

La personne opérée doit alors mettre en place ce qu’on appelle le fractionnement alimentaire. Ainsi le rythme alimentaire type va se construire de cette manière: “pdj – collation – déjeuner – collation – diner – collation”

A noter que la collation de la soirée est facultative. Le déjeuner et diner sont uniquement composés d’un plat chaud en quantité réduite.

Pourquoi manger si souvent si je veux perdre du poids?

Contrairement aux idées reçues, c’est justement le fait de manger en fractionné qui va faire en sorte que la chirurgie va marcher sur le long terme. En effet, de par les faibles quantités consommées à chaque prise alimentaire, le corps a alors peu de réserve d’énergie pour tenir longtemps. D’où la collation! Elle est un appoint entre les repas.

Quel est le risque de ne pas la prendre?

En cas d’oubli +/- volontaire de collation, votre corps va alors manquer d’énergie. Il en manque déjà, c’est pour cela que vous perdez de la masse graisseuse. Votre corps puise dans les réserves. Mais ces réserves ne vous empêchent pas de vous alimenter. Vous devez quand même apporter des vitamines et des minéraux. Et tout plein d’autres choses aussi.

Donc à ne pas prendre de collation, votre corps s’épuise. Ainsi, au moment du repas, vous allez vous retrouver en ayant faim. TRÈS FAIM!!!

Quelle est donc la conséquence lorsqu’on mange en ayant méga trop beaucoup faim? (à part mettre à mal la grammaire française – RIP) Le corps assimile ceci à une situation de survie. Le cerveau voit de la nourriture après une longue période de manque et ainsi il va faire en sorte que l’on se jette dessus. On va alors manger vite, beaucoup, sans mâcher, sans plaisir. Carton plein des trucs qui mettent en échec la chirurgie.

Quine!!!! Carton plein!!!!!!

Tout ceci est exactement similaire avec les apports hydriques.

Requine!!!! Pffiou trop chanceux moi!!! (Ou malchanceux à méditer…)

Quel est le lien dans tout ça avec le Ramadan?

Le Ramadan et plus globalement le jeune intermittent quelque soit la religion ou croyance, va provoquer une absence d’apport de nourriture et d’eau durant un certain temps (Temps plus ou moins variable selon la période de l’année). Ainsi, pour les personnes opérées d’une chirurgie bariatrique cela va très fortement limiter le temps de prise alimentaire et d’apports hydriques, mettant à mal la chirurgie.

Je pratique le Ramadan et j’envisage une chirurgie bariatrique. Que faire?

Il est important de vous poser cette question. En effet, à titre médical et nutritionnel la quasi totalité des centres de chirurgie bariatrique contre indiquent la pratique d’une période de jeune après chirurgie pour les explications citées plus haut.

Or, dans la religion musulmane il est dit que la pratique du jeune peut ne pas être réalisée pour des personnes souffrantes de pathologies. L’obésité est une maladie chronique reconnue par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). La chirurgie est un traitement à celle-ci. Mais pour que ce traitement soit efficace et DURABLE, il est important de maintenir les recommandations nutritionnelles. Il est également prévue dans cette religion, de pouvoir montrer sa foi par d’autres moyens que le jeune.

Il est vraiment primordial que vous en parliez à votre chirurgien et à votre diététicien-nutritionniste qui vous suivent afin que vous puissiez vivre au mieux votre foi tout en traitant votre obésité.

Du bonheur dan vos p’tits cœurs.